Forum du clan Windseer - Kirin Tor EU
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoires d'étrangers du clan, d'autres contrés et d'autres époques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heidell Fier-Cuissot

avatar

Race Race : Marteau-Hardi
Classe Classe : Cuisinière
Sexe Sexe : Féminin Date d'inscription Date d'inscription : 02/03/2015

MessageSujet: Histoires d'étrangers du clan, d'autres contrés et d'autres époques.   Lun 30 Mar - 15:33

Récit d’une bataille de la deuxième guerre, vue par l’un de ses guerriers du ciel.

Le gnome pilotait déjà son gyrocoptère depuis de longues heures, le voyage depuis Forgefer à lui seul commençant à le fatiguer, si bien physiquement que mentalement, lui ainsi que tout son escadron. Néanmoins et heureusement, ils arriveraient bientôt à destination, prêts à remplir leur mission au péril de leur vie, aider leurs alliés nains du Nid de l’Aigle à repousser la horde qui s’était élancée à l’attaque de Lune d’Argent, poursuivie par l’armée de l’Alliance.

Le pilote ajustait ses lunettes, vérifiant la dizaine de jauges, cadrans et autres lumières pour s’assurer que son véhicule était apte à prendre part au combat. Il leva une main pour faire signe au reste de sa formation avant d’écraser son petit poing sur un gros bouton rouge, larguant les réservoirs additionnels de la carlingue du gyrocoptère. Cela rendrait à la machine volante toute son agilité et toute sa puissance, dont ils auront bien besoin au combat, leurs vies et celles de ceux qu’ils défendent valant bien plus que le prix d’une paire de conteneurs métalliques.

Il se pencha alors sans précaution au dehors du cockpit, cherchant à repérer leurs cibles. De mémoire de gnome, aucun d’eux n’avait jamais mis les pieds dans cette partie d’Azeroth et leurs cartes étaient rudimentaires, néanmoins le capitaine sentait qu’ils n’étaient pas loin, l’intuition d’un meneur qui ne le trompait que rarement. Il fut néanmoins dérangé dans sa contemplation, sa radio grésillant.

- Capichef, contact à six heures ! Griffons Marteau-Hardis ! On est dans le bon !

Il releva soudainement la tête, se penchant un peu plus dangereusement encore pour regarder derrière-lui, s’apercevant qu’effectivement, un groupe de chevaucheurs de griffons s’étaient joints à eux. Il les salua chaudement, sourire aux lèvres alors que le meneur nain vint voler à ses côtés, sa majestueuse monture suivant les machines volantes sans le moindre mal malgré l’altitude.

Le Chevaucheur, armé de son impressionnant marteau tempête, fit signe au gnome en salutations, lui indiquant qu’il allait les mener à la bataille. Le Grand Rouage était avec eux ! Pourtant il ne semblait pas aussi détendu que les gnomes l’étaient, comme si un danger rôdait. Alors que le nain était sur le point de poursuivre ses instructions à l’aide de gestes, ces craintes se confirmèrent.

Il n’eut le temps que d’entendre l’un de ses ailiers crier gare dans la radio, le cri se voyant soudainement étouffer alors qu’un bruit de métal broyé était audible derrière lui, à sa droite. Il se retourna pour voir un gigantesque dragon rouge déchiqueter l’une de ses unités, monté par un orc l’attaquant n’était pas seul, d’autres fondaient sur eux à une vitesse impressionnante.

Il se redressa dans le cockpit en pestant, saisissant sa radio pour crier à ses hommes grâce à celle-ci :

« Abandonnez la formation ! Abandonnez la formation ! »

Les gyrocoptères virèrent violemment les uns après les autres en toutes directions, si bien que les drakes n’étaient pas en mesure de suivre cet essaim, ayant du mal à choisir une cible parmi la nuée. Le chef d’escadron était le dernier à devoir s’extirper du collimateur des dragons, il observait le chevaucheur de griffon à ses côtés avec incrédulité, celui-ci qui ne semblait guère vouloir fuir l’attaque, au contraire il se retourna sur son griffon, lançant sa masse possédée par la foudre vers le drake le plus proche, celui-ci s’écroulant comme une masse sous le choc, descendant en vrille dans le ciel avec son maître.

Le nain récupéra sa masse au vol avant de faire un signe victorieux au gnome, plongeant finalement. Celui-ci le suivit, poussant le manche à fond alors qu’il en faisait de même avec la manette des gaz. Impressionné, certes, mais prêt à montrer à leurs amis qu’eux aussi sont capables de prouesses.

C’est alors que la mêlée commença, les griffons et gyrocoptères voltigeant en tous sens, poursuivis par les dragons cracheurs de flammes. Si ceux-ci étaient plus rapides et puissants que les premiers, ils n’avaient ni leur agilité, ni leurs prodigieux cavaliers, sans même parler de l’armement au caractère futuriste des gnomes.

Ce n’est pas pour autant que la bataille était gagnée d’avance. Le chef d’escadron multipliait les manœuvres impossibles, usant si bien du manche à balai, des pédales, que des gaz pour surpasser les drakes et couvrir ses alliés, tirant de courtes salves de sa mitrailleuse dès que l’un des draconides passait dans son collimateur.

Les lézards volants avaient néanmoins la peau dure, écailleuse pour être précis. Ils n’étaient aucunement invincibles à leurs balles, mais bien plus résistant que prévu, surtout comparé aux prouesses des chevaucheurs. Il réalisa néanmoins bien vite que leur point faible résidait dans leurs ailes, bien fragiles comparées au reste de leur structure. Il s’empressa alors de le hurler dans sa radio, se laissant alors distraire … Une seconde de trop.

Il sentit toute la structure de son engin vibrer, comme s’il avait perdu l’un de ses moteurs, ou pire … Il n’avait plus aucun contrôle sur l’appareil, il se retourna alors, s’apercevant avec stupeur qu’il avait été harponné par les griffes d’un dragon. L’appareil était néanmoins encore entier, mais pour combien de temps dans ces circonstances ? Les gnomes sont généralement réputés pour leur courage et leur ingéniosité, celui-ci ne fait certainement pas exception à la règle.

Ni une ni deux, il se lève, debout sur son siège à plusieurs centaines de mètres d’altitude, décrochant sa ceinture de grenades en fer, dégoupillant l’une d’elles avant de la lancer en direction du dragon, appuyant ses mains sur ses oreilles en se recroquevillant dans le cockpit à nouveau.

« Ça passe ou ça casse ! »

Cria-t-il, l’explosion secouant à nouveau la carlingue de l’appareil, se sentant tomber en chute libre. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il s’aperçu que l’appareil était encore en relativement bon état. Il relança alors les moteurs sans s’inquiéter, laissant échapper un rire confiant.

Il ne lui fallut pas plus d’une minute pour ressurgir dans la bataille, plusieurs de ses pilotes flottaient dans le ciel, accrochés à leurs parachutes, certains avaient eu moins de chance, c’était tout aussi vrai pour les chevaucheurs, à la différence que ceux-ci tombaient avec leur bête sans espoir ni même l’envie d’y réchapper.

Pourtant il ne restait plus qu’une poignée de drakes, la bataille était presque gagnée … Mais les fourbes choisirent de s’allier pour vaincre le meneur des chevaucheurs de griffons. Celui-ci, blessé, n’eut pas d’autre choix que de piquer pour tenter de leur échapper, même en sachant les dragons plus rapides. Voyant cela, le chef d’escadrille ne réfléchit pas plus d’une seconde, poussant à nouveau le manche de sa machine volante pour les suivre, la poussant à 100% de ses capacités pour rattraper les draconides.

La structure entière vibrait sous la contrainte de la vitesse excessive, mais comme tout ingénieur digne de ce nom, il avait construit la machine de ses mains et avait une entière confiance en elle. Si bien qu’il parvint peu à peu à rattraper les chevaucheurs de Dragons, le nain lui-même perdant du terrain face à ceux-ci.

Les moteurs hurlants, les engrenages grinçant continuellement sous l’effort demandé par le pilote, la machine aligna péniblement son canon, tirant une première salve, le drake tombant instantanément en vrille. Jouant du palonnier, le gnome mit en joug le second assaillant, tuant cette-fois l’orc sur le coup, sa monture quittant alors soudainement l’engagement. Il n’en restait qu’un, dangereusement proche du chevaucheur de griffon. Les bras du gnome tremblaient sous la force demandée pour garder l’appareil droit, parvenant enfin à l’aligner dans son viseur, plaçant son pouce sur la gâchette pour donner le coup de grâce …

« Clic »

Juste ce bruit, rien d’autre. Le gnome avait épuisé ses munitions et il n’était pas question de recharger en vol. Il frappa contre le tableau de bord, fou de rage, condamné à voir le nain tailler en pièces sous ses yeux, impuissant. Ou peut-être pas, il mit à contribution toute sa jugeote pour résoudre ce problème. Plus de projectiles ? Plus de projectiles ? Mais, il se trouve probablement dans le plus gros projectile volant dont ils pourraient disposer, en vérité.

Bien que ce choix lui déchire le cœur, il n’hésita pas. Relevant son pied pour fracasser le levier de gaz à pas moins de 125% des capacités de l’appareil, désactivant les système de sécurité un à un, il se mit à rattraper le dragon à une vitesse incroyable, le moteur crachant des flammes à en faire pâlir son espèce, tout l’appareil menaçant de tomber en pièces à n’importe quel instant alors que le gnome voyait la peau de son visage distendue par les vents.

« Pour Gnomeregan ! Pour l’Alliance ! »

Hurla-t-il une dernière fois dans sa radio, avant que son appareil entre en collision avec le dragon rouge, dans une violence encore jamais vue dans une bataille aérienne, le draconide se voyant écrasé par le poids de la structure d’acier, le tout tombant dans une vrille incontrôlable accompagnée d’un panache de flammes et de fumée.








Le gnome rouvrit pourtant les yeux, sentant l’air fouetter son visage. Tombait-il encore ? Clignant à plusieurs reprises, il put discerner le nain qu’il venait de sauver. Il l’avait visiblement littéralement rattrapé en vol. Une prouesse dont sa machine n’aurait probablement pas été capable, s’avoue-t-il à lui-même.

« Vous avez peut-être pas la grâce de nos griffons … Mais j’dois bien avouer qu’vous êtes d’belles têtes brûlées. On est quittes maint’nant, p’tit gars. »

Le gnome et son escadrille auraient étés – à ce que l’on dit – les premiers à être honorés auprès des nains Marteau-Hardis pour leurs prouesses en vol à dos de machines volantes. Celles-ci répugnant pourtant les nains, ceux-ci n’auraient en aucun cas étés capables de renier le courage et le talent de ces pilotes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Histoires d'étrangers du clan, d'autres contrés et d'autres époques.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Limousin La Marche] Liste des traités Limousin La Marche-Autres contrées
» [Maine] Liste des traités Maine - Autres contrées
» [Maine] Traités Maine - Autres contrées
» Mes petites histoires que j'ai inventé
» Les histoires bizarre et autres faits divers liés aux jeux vidéo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan Windseer :: Avant-poste Grim'Leirf :: Taverne :: Histoire des soldats-
Sauter vers: